15.3 C
New York
October 1, 2023
1st Afrika
TECHNOLOGY

Social Media Network Faces Challenges Reaching Rural Populations In Africa // Réseau Social Media Des Défis Pour Atteindre Les Populations Rurales En Afrique

Central Africa
A woman on her cell phone stands by a road in the ‘Combattant’ district close to the airport in the Central African capital Bangui on December 25, 2013. Miguel Medina/AFP/Getty Images

The world’s largest social network entered uncharted waters this week, opening its first sales office in Africa. Facebook’s new bureau is located in an affluent suburb of Johannesburg, South Africa, a country where a large number of the continent’s Internet users already reside. But the company now faces its biggest challenge yet — reaching the majority of Africans who live in rural areas that are often impoverished and beyond the reach of government programs and urban infrastructure, let alone the Internet.

With more than 1 billion people in Africa and just 120 million monthly active users, Facebook has room to grow. But unlike other global markets, more than half of Africa’s population is currently offline. And while cellphone ownership is booming, Internet usage on the continent is limited by the high cost of data and a lack of smartphones. Facebook, which has more than 1.19 billion users worldwide, will have to partner with local businesses and expand their services into rural areas across sub-Saharan Africa in order to tap the masses, according to technology and social media experts.

“I don’t know if Facebook is willing to do all these things. But the market is there and the market is growing,” said Ernest Nti Acheampong, a researcher at African Technology Policy Studies Network in Nairobi, Kenya, which aims to build the region’s science, technology and innovation capacity.

The Maasai in KenyaA young Maasai man uses a mobile phone ahead of a ceremony in the Kenyan village of Mbirukani in Kajiado on June 27, 2015. The Maasai are a Nilotic ethnic group of semi-nomadic people inhabiting southern Kenya and northern Tanzania.  SIMON MAINA/AFP/Getty Images

Today, cell phones are pervasive in Africa, with ownership surging in countries like South Africa, Ghana, Kenya, Tanzania and Uganda over the last few years, according to a Pew Research Center study. About 88 percent of the region’s overall population is covered by a mobile-cellular signal, according to a report by the International Telecommunications Union in Geneva.

“Mobile is not a trend; it’s the fastest development in communications we’ve ever seen. This couldn’t be more true for Africa – where so many people are mobile-only,” Nicola Mendelsohn, Facebook vice president for Europe, the Middle East and Africa, said in a statement this week. “Africa is important to Facebook.”

Smartphones are less common in Africa because the devices are more expensive and they consume a lot of data, which the average African cannot afford. That’s problematic for Facebook. More than 80 percent of the social network’s monthly active users in Africa visit Facebook through their phones. The company can help make these devices more affordable for the masses by partnering with African mobile operators such as Vodacom Group Limited And MTN Group Limited, which are already working to lower the price by selling own-brand smartphonesfor under $50.

“We are beginning to see a shift from the use of mobile phones to smartphones [in Africa],” Acheampong said during a telephone interview Thursday. “It’s going to take a while but eventually the gap will close. [Facebook] should find a niche, carve that nice, build it and make it prosperous.”Facebook appThe Facebook app icon is displayed on an iPhone on February 19, 2014.  Justin Sullivan/Getty Images

Data usage on a smartphone in Africa is also costly. A smartphone user is likely to exceed 1 GB of data just by browsing the Web, sending emails or using apps like Facebook or Twitter. In 2013, Facebook founder and CEO Mark Zuckerberg launched Internet.org, an app that gives people in less developed countries affordable access to select Internet services, like Facebook, through partnerships with mobile companies.

But Internet.org is currently available in just six out of all 54 African nations. Experts said Facebook must develop and expand these services to more territories across the continent, starting with Africa’s most populous country and largest economy: Nigeria.

“Facebook is about numbers. You want to be in Nigeria. They have to have them as part of the conversation,” said Sandra Appiah, vice president of Face2face Africa, a pan-African focused media company with offices in Ghana and New York City. “But Facebook also has a responsibility; it has to be seen as a partnership. I hope they see this as an opportunity to empower people in different ways to provide access to technology. It shouldn’t be a luxury anymore.”

Moving into countries like Nigeria where poverty is widespread and infrastructure limited will be difficult for Facebook. Nigeria is Africa’s richest nation, yet more than half of the population lives in poverty and the government has long neglected rural infrastructure. Building offices in these areas would require time and money, but it’s imperative for Facebook to invest in these communities if the company hopes to reach the greater population over time and attain its next billion users, experts said.

“Life is generally improving, but a majority of Africans remain at the bottom,” Acheampong said. “You have to get your staff on the ground with the people in rural areas. The systems are not there, but you have to do all that from scratch here in order to really break into the market.”

FRENCH VERSION

Plus grand réseau social du monde entré eaux inconnues cettesemaine, ouvre son premier bureau de vente en Afrique.Nouveau bureau de Facebook est situé dans une banlieuecossue de Johannesburg, en Afrique du Sud, un pays ungrand nombre d’internautes du continent se trouvent déjà. Maisla société fait maintenant face à son plus grand défi encorepour atteindre la majorité des africains qui vivent dans les zonesrurales qui sont souvent pauvres et hors de portée desprogrammes gouvernementaux et les infrastructures urbaines,sans parler de l’Internet.

Avec plus de 1 milliard de personnes en Afrique et seulement120 millions utilisateurs actifs par mois, Facebook a d’espacepour croître. Mais contrairement aux autres marchés mondiaux,plus de la moitié de la population africaine est actuellement hors ligne. Et tandis que le propriétaire du téléphone portable est en plein essor, l’utilisation d’Internet sur le continent est limitée parle coût élevé des données et le manque de smartphones.Facebook, qui a plus de 1,19 milliards d’utilisateurs dans le monde entier, devra collaborer avec les entreprises locales etétendre leurs services dans les zones rurales à travers l’Afriquesubsaharienne afin d’exploiter les masses, selon la technologie etdes spécialistes des médias sociaux.

“Je ne sais pas si Facebook est prêt à faire toutes ces choses.Mais le marché est et le marché se développe, a déclaré ErnestNti Acheampong, chercheur au réseau d’études de politiquetechnologique africaine à Nairobi (Kenya), qui vise à renforcer lescapacités de science, technologie et innovation de la région.

Les Masaï dans KenyaA jeune Massaï utilise un téléphone mobileavant une cérémonie dans le village Kenyan de Mbirukani àKajiado sur 27 juin 2015. Les Maasai sont une ethnie nilotique dupeuple semi-nomade vivant dans le sud du Kenya et le nord de la Tanzanie. SIMON MAINA/AFP/Getty Images

Aujourd’hui, les téléphones cellulaires sont omniprésentes enAfrique, avec la propriété en pleine progression dans des payscomme l’Afrique du Sud, Ghana, Kenya, Tanzanie et Ouganda au cours des dernières années, selon une étude du Pew ResearchCenter. Environ 88 % de la population totale de la région estcouverte par un signal mobile cellulaire, selon un rapport del’Union internationale des télécommunications à Genève.

« Mobile n’est pas une tendance ; C’est le développement le plus rapide dans les communications que nous ayons jamais vu. Celane pouvait pas être plus vrai pour l’Afrique tant de gens sontmobile uniquement,”Nicola Mendelsohn, Facebook vice-président pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, a déclarédans un communiqué cette semaine. « L’Afrique est importantpour Facebook. »

Les smartphones sont moins fréquents en Afrique parce que lespériphériques sont plus chers et qu’ils consomment beaucoup dedonnées, qui ne peut pas se permettre de l’Africain moyen. C’estproblématique pour Facebook. Plus de 80 % des utilisateursactifs par mois du réseau social en Afrique consulter Facebookpar le biais de leurs téléphones. La société peut aider à rendreces dispositifs plus abordables pour les masses en établissant des partenariats avec les opérateurs mobiles africains commeVodacom Group Limited et MTN Group Limited, qui travaillentdéjà de baisser le prix de vente propre marque smartphonesformoins 50 $.

« Nous commençons à voir un changement de l’utilisation destéléphones mobiles pour smartphones [en Afrique], »Acheampong a déclaré lors d’un entretien téléphonique jeudi. « Ça va prendre un certain temps, mais finalement l’écart sefermera. [Facebook] doit trouver un créneau, sculpter que nice,générez-le et rendre prospère. » Facebook appThe Facebook appicône s’affiche sur un iPhone sur 19 février 2014. JustinSullivan/Getty Images

Utilisation de données sur un smartphone en Afrique estégalement coûteuse. Un utilisateur de smartphone estsusceptible de dépasser 1 Go de données tout en naviguant surle Web, envoyer des courriels ou en utilisant des applicationscomme Facebook ou Twitter. En 2013, fondateur de Facebook etPDG Mark Zuckerberg a lancé Internet.org, un soft qui donne auxgens en moins avancés un accès abordable pour sélectionner lesservices de l’Internet, comme Facebook, grâce à des partenariatsavec les entreprises mobiles.

Mais Internet.org n’est actuellement disponible dans seulementsix de toutes les nations africaines 54. Selon les experts,Facebook doit développer et élargir ces services aux territoiresplus sur tout le continent, en commençant par le pays le pluspeuplé de l’Afrique et la plus grande économie : Nigeria.

« Facebook est sur les numéros. Vous voulez être au Nigeria. Ilsont de les faire dans le cadre de la conversation, a déclaréSandra Appiah, vice président de l’Afrique de Face2face, unesociété pan-africain des médias ciblée avec des bureaux auGhana et de la ville de New York. « Mais Facebook a aussi uneresponsabilité ; il doit être vu comme un partenariat. J’espèrequ’ils voient cela comme une occasion de permettre aux gens dedifférentes manières pour fournir l’accès à la technologie. Il ne devrait pas être un luxe plus.”

Déplacement dans les pays comme le Nigeria la pauvreté estgénéralisée et infrastructure limitée sera difficile pour Facebook.Le Nigeria est la nation la plus riche de l’Afrique, encore plus dela moitié de la population vit dans la pauvreté et legouvernement a longtemps négligé les infrastructures rurales.Bâtiment bureaux dans ces domaines nécessiterait de temps etargent, mais il est impératif que Facebook pour investir dans cescommunautés, si l’entreprise souhaite atteindre la plus grandepopulation au fil du temps et d’atteindre ses utilisateurs prochainmilliard, selon les experts.

« La vie s’améliore généralement, mais une majorité d’africainsrestent en bas, » Acheampong a dit. “Vous devez obtenir votrepersonnel sur le terrain avec la population dans les zones rurales.Les systèmes ne sont pas , mais vous avez à faire tout ce qu’à partir de zéro ici pour vraiment percer sur le marché. »

Related posts

M&A, Infrastructure Sharing, Liberalization To Reshape Telecoms In Africa // M & A, Infrastructure Partage, Libéralisation Pour Remodeler Des Télécommunications En Afrique

Jide Adesina

Youth Win MTN Mobile App Challenge Project // Jeunesse Gagne MTN Mobile App Challenge Projet

Jide Adesina

Microsoft Launches Mentorship Programme For Female Graduates In Kenya // Microsoft Lance Le Programme De Mentorat Pour Les Femmes Diplômées Au Kenya

Jide Adesina

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More